Il y a en tout 80 utilisateur(s) en ligne : 0 identifié(s)
Le fil du forum et des news
Choix de l'hebdo

Recherche

Forum / News

Informations


Dabère : Pascal Dabère  
Daine  
Dambly : Phil Dambly  
Daniël : (voir aussi Janssen)  
D'antin  
Dany : Henrotin Dany
Dessinateur - Scénariste

Né le 28 Janvier 1943
Lieu de résidence : Belgique
Belge

Né le 28 janvier 1943, Dany rêve depuis toujours de faire de la bande dessinée. Ce rêve se concrétise d'abord, en 1964, par l'obtention d'un diplôme en graphisme et publicité de l'Ecole supérieure des Beaux-Arts de Liège.
En 1966, à la recherche d'un bon assistant, Mittei («Indésirable Désiré», «Modeste et Pompon») engage Dany. Mais, l'appel des drapeaux l'oblige à interrompre cette collaboration. Ses devoirs militaires ne sont toutefois pas trop astreignants. Dany peut dès lors s'adonner à sa passion de la BD : il illustre des contes et met en images de courtes histoires complètes pour le «Journal Tintin».

Ensuite, le jeune dessinateur s'installe à Bruxelles et entre au Studio Greg où il collabore à la création de diverses séries. En 1968, il crée un monde onirique où la fantaisie, l'humour et la poésie règnent en maître : celui d'"Olivier Rameau" (Le Lombard, ensuite P&T/Joker). Avec Greg encore, Dany produira les aventures de "Jo Nuage et Kay Mc Cloud", une série qui parodie les exploits des équipes de super-policiers. Avec Greg toujours et succédant à Hermann, il dessinera deux épisodes de "Bernard Prince" pour Le Lombard.

Avec la complicité de Jean Van Hamme, Dany illustre ensuite les aventures d'"Arlequin" où l'humour et l'action s'entremêlent astucieusement. Dans un style réaliste totalement différent et toujours sur un scénario de Jean Van Hamme, il crée un récit d'une densité remarquable, une "Histoire sans Héros" ! Réédité dans la collection «Signé» du Lombard, cet album connaîtra une suite intitulée «Vingt ans après» (1997).

Pour les Editions P&T / Joker, Dany a en outre conçu des albums coquins.

Dany a imaginé et mis en images une nouvelle série d'aventure qui prône la liberté et qui a pour cadre les grands espaces tumultueux de l'Afrique centrale : "Equator".

En septembre 2005, Roquebrune-sur-Argens (Côte d'Azur) décerne à Dany "sa rue". Il s'agit de l'Allée Olivier Rameau.
Dapsanse  
Darasse
De Groot : Bob De Groot
Scénariste

Né le 26 Octobre 1941
Lieu de résidence : Belgique
Belge

Né à Bruxelles le 26 octobre 1941, Bob de Groot n'a que 17 ans lorsqu'il entame des études dans une école supérieure de dessin.

En 1960, sa rencontre avec le grand Maurice Tillieux l'amène à collaborer aux aventures de «Félix». Pendant plus de cinq ans, il réalise en solo quelque 300 pages pour des quotidiens. En 1967, pour «Pilote», il réalise les décors de courtes histoires avec Hubuc, puis, seul sur un scénario de Reiser, il anime les aventures de «L'Agent Caméléon» avec Fred. Reprise avec Turk, cette série va lui permettre d'inaugurer les premières longues années de complicité avec celui-ci. En 1968, pour «Spirou», le duo crée «Archimède», puis entame en 1969 pour «Tintin», les délirantes aventures de «Robin Dubois».

En 1972, Bob de Groot reprend les enquêtes de «Clifton» (avec Turk puis avec Bédu). Entre-temps, il abandonne le dessin pour se consacrer exclusivement à l'écriture de scénarios. En 1975, pour «Achille Talon Magazine», il lance avec Turk les aventures de «Léonard».

Comptant dès lors comme l'un des scénaristes humoristiques les plus réputés, il relance «Chlorophylle» avec Dupa et Walli. Il collabore aussi épisodiquement avec Tibet («Le club des Peur-de-Rien»), Greg et Dany. Pour Morris, il participe en outre aux exploits de «Lucky Luke» et de «Rantaplan» avec Vittorio.

En 1989, de Groot fait par ailleurs une incursion dans le récit réaliste en scénarisant pour Ph. Francq «Des villes et des femmes» (Dargaud). En janvier 1999, paraît au Lombard «Doggyguard» dessinée par Michel Rodrigue, série qui nous fait découvrir les avatars rocambolesques d'un chien garde du corps à Los Angeles (3 titres).

Lors du Festival BD été-2001 de Middelkerke (B), Bob de Groot s'est vu décerner un "Rookie" du meilleur scénariste de l'année.

En 2003, il fait revivre les aventures de "Clifton" et c'est à nouveau à son complice, M. Rodrigue, qu'il confie le dessin.

En décembre 2006, Bob de Groot a reçu le Prix Humour au Festival BD d'Ajaccio.
De La Fuente : Victor De La Fuente  
De Moor : Bob De Moor
Dessinateur - Scénariste

Né le 20 Décembre 1925
Décédé le 26 Août 1992
Belge

Après des études à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, Bob De Moor débutera sa carrière dans un studio de dessins animés, Afim. Après avoir réalisé quelques dessins et histoires entre 1945 et 1946 pour le magazine "Kleine Zondagsvriend", il figure au sommaire d'ABC et réalise de nombreux dessins d'humour. En 1947, il réalise un premier album en français, "Le mystère du vieux châteaufort", scénarisé par John van Looveren. Les deux années suivantes, il produit quelques histoires dans la presse flamande telles que "Moneke et Johnekke", "Janneke et Stanneke", "Het Leven van J.B. de la Salle"... Bob De Moor crée Artec-Studio et multiplie ses créations dans les magazines et quotidiens néérlandophones.

En 1949, Bob De Moor entre chez "Kuifje", l'équivalent néerlandophone du journal "Tintin". Fin 1949, il travaille également pour "Tintin" où il réalise les gags de "Bouboule et Noiraud" puis du "Professeur Troc", il conçoit "Barelli", illustre "Conrad le Hardi" et donne naissance à "Cori le moussaillon".

Dès 1950, il entre aux studios Hergé et devient très rapidement son premier assistant. En tant que tel, il supervise tous les dessins «parallèles» mettant en scène "Tintin" et ses amis (publicité, illustrations professionnelles...). Il participe également à l'animation du personnage : "Tintin et le temple du soleil" et "Tintin et le lac aux requins" et modernise l'album "L'île noire".

En 1959, De Moor conçoit l'humoristique "Pirates d'eau douce" et illustre à partir de 1965 quelques épisodes de "Balthazar". Il reprend en 1970 l'épisode "Le repaire du loup" de la série Lefranc créée par Jacques Martin.

En 1989, il termine "Mortimer contre Mortimer", la seconde partie des "Trois formules du professeur Sato", restée inachevée à la mort d'Edgar-Pierre Jacobs. Il est nommé directeur artistique aux éditions du Lombard et préside également le conseil d'administration du Centre belge de la Bande Dessinée à Bruxelles jusqu'à sa mort en 1992.
En janvier 1993, son dernier album "Dali Captain" (Cori le moussaillon) est publié par Casterman.

De l'humoristique au réaliste ou au caricatural, Bob De Moor s'inscrit dans la lignée d'Hergé, étant un des premiers à incarner l'esprit de celui-ci.
De Narbonne  
De Prelle  
De Spiegeleer  
De Strooper  
Debaty  
Declercq  
DeCorte  
Deff  
Delaby
Delcroix  
Delitte : Jean-Yves Delitte
Jean-Yves Delitte est né en octobre 1963. En juillet 1984, il publie son premier récit de 16 pages Le Marquis, Acte 1 dans le mensuel Ephémère Ice Crimes. 1984 marque le début de sa collaboration avec les Editions du Lombard. Parallèlement à la fin de ses études et à l'exercice de sa profession en tant qu'Architecter-Designer, il signe entre 1985 et 1991 - pour divers supports hebdomadaires des Editions du Lombard (Tintin, Hello BD, Week-end, ...) - plusieurs courts récits mettant en scène, principalement, les derniers samouraïs.
En 1986, il fait la connaissance de Philippe Richelle et donne à Graeme Donnington son existence graphique, dont 3 albums sont édités à ce jour. De 1986 à 1989, il réalise avec Jean-Luc Vernal une série historique ayant pour toile de fond la femme et le Japon médiéval : l'album Onna est édité en 1989, dans le cadre d'Europalia Japon, par les Editions du Lombard.
En 1989, naît de son union avec Philippe Richelle un nouveau personnage Martin Venturi, dont le premier et unique album sort début 1991 chez Glénat.
Sous le pseudonyme de Hiko-Noclast, il signe en 1989 et 1990 dans le mensuel Circus, -toujours avec Philippe Richelle - une série de récits courts, d'humour noir sur le thème de la télé.
De 1990 à 1995, il collabore avec un bureau d'étude dans le domaine de l'architecture et du design. Cette association le pousse à prendre un certain recul avec le monde de la bande dessinée.
Les trois tomes de la série Donnington seront réédités en 1995 par Heloyde ADN.
Depuis 1995, Jean-Yves Delitte est l'auteur de nombreux projets édités et produits en série dans le domaine en particulier du mobilier, de l'éclairage et du design.
En coopération avec le scénariste Philippe Richelle, il est l'illustrateur de la série Les coulisses du pouvoir.
 
Denayer : Christian Denayer
Derib : Claude de Ribeaupierre
Dessinateur - Scénariste

Né le 8 Août 1944
Lieu de résidence : Suisse
Suisse

Né en Suisse en 1944, Derib a fait ses premières armes de dessinateur de BD en «schtroumpfant» avec Peyo à Bruxelles. Passionné par le monde des Indiens, il crée les aventures du petit Sioux Yakari sur des scénarios de Job. Il entame ainsi une ouvre vouée au peuple indien d'Amérique.

Outre la série «Yakari» qui se compose de plus de 30 titres, de la série «Buddy Longway» et des 7 tomes d'une «Grande Saga Indienne» en deux époques : «Celui qui est né deux fois» et «Red Road», Derib est aussi l'auteur de «Jo», une BD préventive sur le sida et de "No Limits", sur la violence et le racket, que Le Lombard a réédité dans sa collection «Signé».

En novembre 2004, le Festival BD de Lyz-les-Lannoy (F) a décerné son Grand Prix de la ville à Derib pour l'ensemble de son oeuvre.

Derib a été nominé pour le prix Astrid Lindgren Memorial Award 2006. Il s'agit d'un prix établi en 2002 par le gouvernement suédois, du nom de l'auteur suédoise Astrid Lindgren, qui récompense la meilleure oeuvre pour la jeunesse, au niveau mondial.

Derib a reçu le Prix de "l'auteur le plus populaire" au Festival de la BD de Montreuil Bellay en mai 2007.
Desclez : Henri Desclez  
Desmet  
Despas  
Dewamme : Gérard Dewamme
Gérard Dewamme est né en 1953 en Belgique. Professeur de français, fanatique de BD, sa rencontre avec Jean-Claude Servais décide de sa vocation de scénariste. Ils réalisent ensemble la série "Tendre Violette" pour (A SUIVRE) (sortie en albums chez Casterman) ainsi que "Les saisons de la vie" pour les éditions du Lombard. Dewamme a travaillé par ailleurs avec Marc Rénier, La nuit des frelons (Casterman) et avec Pascal Somon sur un projet de "polar". Chez Glénat, il a mis en route, avec J.-C Servais, une série dont le sujet est une femme enfant fatale "Les voyages clos" : Montagne fleurie. EN 1992, il signe Gin Row (Lombard). Il s'associe, en 1995 , avec François Craenhals pour de nouvelles aventures de "Chevalier Ardent" , La fille du roi Arthus (Casterman). La mise en couleurs albums est réalisée par Raives, un auteur fécond de notre catalogue qui travaille à quatre mains avec Warnauts pour nous offrir de nombreux albums dont la série des "Suites vénitiennes".
 
Di Giorgio
Scénariste

Né le 24 Octobre 1961
Lieu de résidence : Belgique
Français

Jean-François Di Giorgio naît à Marseille en 1961. C'est en 1986 qu'il se fait remarquer en créant la série «Munro» pour Griffo, reprise ensuite par André Taymans.

Pour Le Lombard et le dessinateur Benoît Roels, il adapte «Les pays perdus» (les romans de la collection «Signe de Piste») en 1989 et imagine «Les fous de Monk» en 1992. En 1998, il réalise avec le dessinateur Paul Teng «Shane», une saga ayant pour toile de fond historique, la dynastie des Plantagenêts (5 titres).
Didelot  
Didgé  
Disano  
Django  
Dratz : Jean Dratz
Jean DRATZ, peintre, dessinateur, illustrateur et graveur Belge né à Mont-Saint-Guibert (1903) et décédé à Uccle (1967).
 
Dubouillon  
Duchâteau : André-Paul Duchâteau (voir aussi Vasseur)
Scénariste

Né le 8 Mai 1925
Lieu de résidence : Belgique
Belge

André-Paul Duchâteau est né à Tournai (Belgique), le 8 mai 1925. Enfant, il lit avec passion les enquêtes du détective japonais Ike Térouka dans un illustré pour jeunes et rêve de devenir auteur de polars ! A 15 ans, il écrit "Meurtre pour meurtre" et, grâce à l'amical intérêt du célèbre romancier Stanislas-André Steeman (L'Assassin habite au 21), ce premier polar est publié dans la collection Le Jury en 1941. Poursuivant sa carrière d'écrivain, il publie nombre de romans et nouvelles en Europe, ainsi qu'aux Etats-Unis dans le fameux "Ellery Queen Mystery Magazine".

En 1950, il collabore au "Journal de Mickey" et fait une rencontre décisive, celle du jeune dessinateur Tibet qui l'incite à devenir scénariste de BD et l'introduit au Lombard. Pour le journal "Tintin", ils réalisent d'abord de courtes histoires, puis en 1955, lancent le jeune journaliste-détective "Ric Hochet" dans une longue suite d'enquêtes policières. Duchâteau seconde aussi Tibet pour quelques aventures du "Club des peur-de-rien" et de "Chick Bill".

Dans les années 1960, Duchâteau scénarise "Alex Vainclair" (des.: E. Aidans) pour "Pilote" (1965) et Yalek (des.: C. Denayer) pour "Le Soir" (1969). En 1971, pour "Tintin", il poursuit avec Géri les aventures de "Mr. Magellan" imaginées par J. Van Hamme et crée "Yorik des tempêtes" avec E. Paape.

Nommé responsable éditorial aux Editions Rossel, il y révèle Cosey (Monfreid & Tilbury). En 1976, A.-P. Duchâteau devient rédacteur en chef de "Tintin". Il y introduit Christian Denayer avec "Les Casseurs - Al & Brock". En 1978, il scénarise "Udolfo" pour E. Paape et Andreas. En 1979, il écrit "Hypérion" pour Franz, cède son poste de rédac'chef et redevient romancier et scénariste à part entière. En 1980, tout en continuant de collaborer avec Tibet et Denayer, il conçoit "Hans", une saga de science-fiction pour G. Rosinski (reprise ensuite par Kas en 1993). Il participe aussi aux aventures maritimes de "Bruce J. Hawker" créées et dessinées par Vance.

A.-P. Duchâteau scénarise par ailleurs "Pharaon" (8 albums chez Glénat) avec D. Hulet et "Chancellor" (Dargaud) avec Sanahujas. En 1989, il devient à la fois le directeur littéraire des Editions du Lombard et le responsable de la collection "BD Détectives" des Editions Lefrancq. Pour celles-ci, il adapte notamment "Arsène Lupin" de M. Leblanc (des.: Géron), "Rouletabille" de G. Leroux (des.: Swysen), "Sherlock Holmes" d'A. Conan Doyle (des.: Stibane). Ces séries sont maintenant rééditées chez Soleil. Avec Loup Durand, il co-scénarise "TNT" (des.: Denayer). En 1995, la Chambre belge des Experts en Bandes dessinées a consacré A.-P. Duchâteau, "Géant de la BD !"

Parallèlement à ses activités de romancier et de scénariste de BD, Duchâteau a travaillé pour la télévision. Il y fut l'auteur des scripts originaux de deux téléfilms, "L'inconnu du téléphone" (ORTF) et "Les Dupes" (RTBF), et y collabora à des émissions de jeux ("Voulez-vous jouer ?" d'Albert Deguelle à la RTBF).

Journaliste, nouvelliste, scénariste, André-Paul Duchâteau est néanmoins toujours resté fidèle à sa vocation première d'auteur de romans policiers. L'un d'entre eux, "De 5 à 7 avec la mort", lui valut de remporter à Paris le Grand Prix de Littérature Policière en 1974. Ce roman (réédité par les Editions du Rocher) a connu un succès international : au Japon, il a inspiré deux téléfilms différents. Parmi ses nombreux polars, on citera également "Cobaye" publié par Desclez Editions (Prix Triangle à Bruxelles), "La ville aux deux Démons" (Ed. Mémor), "La clé sur la porte", "La petite fille à gauche sur la photo" et "La vieille dame à la poupée" qui mettent en scène le policier Max Ruiter (Ed. du Rocher), "Les chemins de lune" et "Le voleur d'âmes" qui ont pour héros le romancier C. Dickens (Col. Labyrinthe-Hachette).

Duchâteau a par ailleurs publié "L'écrivain habite au 21", la première biographie complète de S.A. Steeman (Ed. Quorum), puis retracé sa propre carrière de journaliste, de romancier et de scénarist
Dufaux
Scénariste

Né le 7 Juin 1949
Lieu de résidence : Belgique
Belge

Passionné de cinéma, il s'inscrit à l'Institut des Arts et Diffusion (Bruxelles). De 1969 à 1973, il s'y familarise avec les procédés cinématographiques qui influenceront son écriture en bande dessinée.
Il devient journaliste à "Ciné-Presse", revue destinée aux professionnels du cinéma. Il se met à écrire des pièces de théâtre pour enfants ainsi que différentes nouvelles, avant de se lancer définitivement dans la BD.

Le journal "Tintin" est son premier port d'attache : en 1983, il co-scénarise (avec Vernal) la série "Brelan de dames" dessinée par Renaud. En 1985, il conçoit "Les aventures de Melly Brown" (dessin : Musquera). En 1986, il fait son entrée chez Dargaud avec "La toile et la dague" (avec E. Aidans) et "Beautifica Blues" (avec Griffo). 1987 est une grande année : il crée "Jessica Blandy" avec Renaud (éditions Novedi, puis Dupuis). Il lance "Giacomo C" avec Griffo, librement inspiré de Casanova. En 1988, Les "enfants de la salamandre" (dessin : Renaud - Dargaud) voit le jour et les tendances "fantastiques" qui hantent Dufaux sont mises en scène progressivement et à chaque fois sous un angle différent. Il considère ces tentatives comme un gigantesque puzzle où chaque album, chaque série, est une pièce nouvelle.

Dans un autre registre fantastique (tendance Vaudou), il concocte pour Paape et Sohier "Les jardins de la peur" (Dargaud puis les Humanoïdes Associés). A l'aube des années 90, sortent "Chelsy" (dessin : Joris - Glénat), "Avel" (dessin : Durieux), "Fox" (dessin : Charles) et "Santiag" (dessin : Renaud - Glénat).
Il publie une série consacrée aux écrivains qu'il aime : "Sade" (dessin : Griffo), "Pasolini" (dessin : Rotundo), "Balzac" (dessin : Savey), "Hemingway et Hammet" (dessin : Malès). En 1992, "Sang de lune" (Glénat) lui permet de lancer la jeune dessinatrice Vivianne Nicaise. Il réactive "Beautifica Blues", univers qui lui tient à coeur, dans un second cycle : "Samba-Bugatti". Un an plus tard, outre le lancement du cycle "Les voleurs d'empires" (dessin : Jamar - Glénat), il réalise enfin un vieux rêve en travaillant avec Rosinski sur "La complainte des landes perdues" (Dargaud). En 1994, il fait une incursion chez Aire Libre (Dupuis) avec "Monsieur Noir" (dessin : Griffo).

Dufaux est l'un des rares scénaristes à pouvoir mettre en scène des univers variés tout en garantissant au lecteur une écriture originale et reconnaissable. En 1997, avec Labiano, il crée "Dixie Road" (Dargaud) ; en 98, "Murena" (avec Delaby - Dargaud) et "Rapaces" sur un dessin de Marini.
En parallèle, mais chez Glénat cette fois, il sort la série "Ombres" avec Lucien Rollin au dessin, "Les révoltés" avec Marc Malès, et "L'Impératrice rouge" (1999) avec Adamov.

En septembre 1999, il crée "Niklos Koda", avec Olivier Grenson, dans la Collection Troisième Vague.
Dufranne  
Dupa : Luc Depanloup
Dessinateur - Scénariste

Né le 12 Février 1945
Décédé le 8 Novembre 2000
Belge

Né le 12 février 1945 à Montignies-sur-Sambre, dans la région de Charleroi (Belgique), Dupa fut un élève modèle jusqu'en 1963. C'est à cette époque qu'il découvre la BD et qu'à l'incitation de Maurice Tillieux («Gil Jourdan»), il s'inscrit à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles. A sa sortie, il rencontre Greg, alors rédac'chef du Journal «Tintin», et devient son assistant. Il participe en tant que décoriste, à la réalisation de séries telles que «Fifi», «Fleurette», «Luc Junior», «Zig et Puce» et «Achille Talon».

En 1968, parce qu'il manquait une page de gags pour boucler un numéro de l'hebdomadaire, Greg lui demande de créer un personnage. Dupa dessine alors une grosse boule de poils blancs avec des pattes et donne à cet «animal», un air débonnaire. Comment l'appeler ? D'un nom d'os, puisque c'est un chien ! Oui mais, lequel ? Tibia ? Radius ? Ce sera Cubitus, os de l'avant-bras... C'est ainsi que, pur produit de l'imagination délirante de Dupa, le gros toutou Cubitus a fait son entrée dans le Journal «Tintin», le 16 avril 1968. D'abord sans maître, il sera adopté un an plus tard, par un certain Sémaphore, vieux loup-de-mer à la retraite...

En 1971, Dupa reprend les personnages créés par Raymond Macherot, "Chlorophylle et Minimum", et les anime pendant cinq ans sur des scénarios de Greg, puis de Bob de Groot.
En 1980, Dupa imagine les aventures rocambolesques de "Niky", chauffeur de poids-lourd, et en fait un routier sympa, amoureux fou de son bahut (3 albums au Lombard).

En 1988, l'énorme popularité de "Cubitus" amène un studio japonais de dessins animés à adapter cette série et à en produire 104 épisodes. Ces téléfilms d'animation sont aujourd'hui encore régulièrement diffusés par diverses chaînes de télévision d'Europe, des Etats-Unis, du Japon et du Moyen-Orient.

En 1993, le Festival BD d'Illzach (France) décerne à Dupa, le prix «110 d'Or» et honore ainsi l'ensemble de son ouvre.

En 1994, la Poste belge émet un timbre "Cubitus" dans le cadre de son émission annuelle «Philatélie de la Jeunesse». Cette même année, la Ville de Bruxelles associe "Cubitus" et "Manneken Pis" et en fait les héros d'une grande fresque murale qui orne le pignon du 109, rue de Flandre.

"Cubitus" est aussi l'un des personnages de BD les plus sollicités par la publicité et l'un de ceux dont la popularité se décline le plus au travers d'une vaste gamme de produits dérivés.

Outre "Cubitus" qui occupait l'essentiel de son temps, Dupa se consacrait à ses vieilles voitures ou motos. Il avait horreur des voyages, de l'avion, des vacances, du temps libre. Il aurait aimé vivre très vieux, très beau, très intelligent, avec du talent, de l'argent à distribuer, sentir toujours la violette, n'avoir jamais mal aux dents ni ailleurs d'ailleurs et raconter des histoires jusqu'à ce que mort s'ensuive.
Dupa est décédé inopinément à Ottignies, le 8 novembre 2000.
Dupont
Duval : Yves Duval
Scénariste

Né à Bruxelles, Yves Duval n'a guère plus de 15 ans lorsqu'en 1950, il entame une prolifique carrière de scénariste au Lombard en publiant dans le journal «Tintin», des récits d'inspiration historique illustrés par Raymond Reding et Bob De Moor.
En 1952, mise en images par Laudy, l'un des fondateurs de "Tintin", sa remarquable adaptation du roman de Robert L. Stevenson «David Balfour» lui vaudra d'être, à 17 ans, l'un des scénaristes de BD les plus sollicités. Il produira dès lors plus de 1.500 courtes "Histoires authentiques" qui, de Funcken à Delaby, en passant par Graton, Aidans, Sidney, Franz, Denayer, Hermann, Vance, Coria, Ferry... révèleront bon nombre de grands noms du 9e Art. Il créera en outre plusieurs séries à succès dont «Rataplan» pour Berck (1961), «Les Franval» pour Aidans (1963) et «Howard Flynn» pour Vance (1964)...

Journaliste, cinéaste et conférencier, il bouclera par ailleurs plusieurs tours du monde. Il en ramènera des reportages pour «Tintin» et des magazines comme «Paris-Match», ainsi que des films documentaires qu'il commentera pour le public de «Connaissance du Monde». Il est également l'auteur de guides touristiques, d'ouvrages historiques et de shows humoristiques pour le théâtre et la télévision.
Ce qui caractérise essentiellement l'impressionnante production scénaristique d'Yves Duval, c'est la variété des sujets et des genres, la vivacité du rythme de narration, une prenante lisibilité et la rigueur de la documentation.
Eisner : Will Eisner  
Endry  
Eric : Delzant  
Erik  
Ernst : Serge Ernst
Identification

Liens

Contact
Copyright © 2010 : Schoorens Daniel