Il y a en tout 7 utilisateur(s) en ligne : 0 identifié(s)
Le fil du forum et des news
Choix de l'hebdo

Recherche

Forum / News

Informations

Des nouvelles de vos
auteurs et héros préférés
     Né à Saint Georges sur Meuse, le 28 Octobre 1945.

     Après des humanités gréco-latines à Seraing, Hubert Lambert, que le monde de la création ne retiendra que sous le pseudonyme de Hachel, décroché en 1966, un graduat en arts graphiques à l’institut Saint-Luc de Liège, en publicité et illustration.

     Pendant ses études à Liège, Hachel entre déjà chez Dupuis, par la porte de l’hebdomadaire Spirou, où il crée -en avance sur son temps !- les fameuses mésaventures sans paroles, qui paraissent pour la première fois dans le numéro 1400 de 1965 et la 35ème planche se retrouve dans le numéro 1484 de 1966. Cette série étonnante, hélas arrêtée, figure en bonne et due place dans l’anthologie Planète Les chefs-d’œuvre de la bande dessinée par Jaques Sternberg et Jaques Lob aux éditions Denoël en 1967 ! Cette année-là, Hachel s’installe comme graphiste indépendant (après avoir travaillé un an comme éducateur à l’institut Saint-Laurent de Liège). Tout de suite, il collabore avec Mittéï (Indésirable Désiré et Modeste et Pompon), avec Edouard Aidans (Les Franvals et Tounga) chez Tintin ; avec Greg (les As) chez Pif. Il fournit aussi au quotidien La Wallonie, et plus précisément pour son supplément Vacances, des planches avec ses personnages de Yves Saint-Georges, dans le domaine réaliste et Puppy dans le domaine humoristique. En 1969, il crée aussi le personnage de Charlequin, en même temps qu’il donne naissance, dans le Journal Tintin, au personnage de Benjamin, dont plus de 500 planches courront autour du monde.
     En 1973 et 1974, plusieurs tournants dans la vie trépidante d’Hachel : il est chargé de cours d’éducation plastique à Liège et il prend en charge un nouveau secteur de l’agence de presse A.L.I. à Bruxelles où il crée le Studio Hachel et lance des milliers de jeux d’observation, éducatifs et de délassement. En 1974-1975, pour Tintin, il dessine un récit de 46 planches tiré du dessin annimé Belvision : Gulliver à Lilliput. Vont suivre dès lors de nombreuses collaborations et créations : des récits complets avec le personnage de papa Talon pour le périodique Achille Talon Magazine chez Dargaud, campagne publicitaire pour La Journée Mondiale des Lépreux, illustration réaliste d’un roman dans La Wallonie, les décors (BD) de la pièce A la corne du Bois Gosette. Mais surtout en 1980, il publie ses deux premiers albums de Benjamin : Tranche de vie, tranche de l’art et L’intérêt de l’intérim, aux éditions Michel Carré. Les albums trois et quatre seront édités par lui-même en 1983 : Histoire de l’art et Boulots et boulettes. Entre-temps, Hachel se livre à des animations et conférences pour la province de Liège autour du thème Initiation à la bande dessinée, sans compter les multiples travaux publicitaires et culturels, les cours de Bandes Dessinée à l’académie des Beaux Arts. J-J. Gaillard à Bruxelles, ses collaborations à l’a.s.b.l. Guichet de l’Energie, à Bruxelles et Charleroi, ses expositions BD en Belgique, France ou Allemagne.
     En 1988, MC Production de Toulon édite un album Papa Talon ; en 1994, Hachel crée le Petit Monde des Miniblocs avec deux albums aux éditions Soumillion et en 1995, il édite la plaquette Bon anniversaire, Benjamin, cependant qu’il lance une exposition itinérante Benjamin a 25 ans, mettant en scène peintures, sculptures, photographies, maquettes, marionnettes, jeux vidéo… Dans la même période, il développe chez A.L.I. un secteur jeux (lettres, mots-croisés, mots fléchés, etc.). En 1999, il crée Hachel International et son propre département agence de presse. Des projets, notre infatigable créateur en a plein ses cartons, en BD et animations !


 
     

Retrouvez Hachel sur http://Hachel-int.be

Identification

Liens

Contact
Copyright © 2010 : Schoorens Daniel